Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cote d'Ivoire et Présidences...

Portrait du Général Guéi Robert

19 Septembre 2006 , Rédigé par Bamba Athanaz Publié dans #Leaders politiques ivoiriens

 
Bref Cursus
 
Né le 16 mars 1941 à Kabacouma (Biankouma), Robert Gueï a toute sa vie été un soldat. Enfant de troupe à l'âge de douze ans, il suit une formation militaire à Ouagadougou (Burkina-Faso), puis à l'Ecole militaire de Saint-Cyr Coëtquidan.
Revenu en Afrique, il est promu sous-lieutenant, puis lieutenant en 1967, capitaine en 1971, commandant en 1975, lieutenant-colonel en 1978 et son ascension militaire trouve son terme en 1991 avec le grade de général de brigade. Il est alors chef d'état-major des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI).
Son nom apparaît au public lors d'une expédition punitive qu'il a ordonnée en réaction à une révolte étudiante au campus universitaire de Yopougon en juin 1991.
Soupçonné d'avoir fomenté un coup d'Etat en 1995 pour renverser Henri Konan-Bédié, il est mis en retraite anticipée en 1996 et se retire dans son village natal. Le 24 décembre 1999, un nouveau putsch le porte à la tête de l'Etat où il demeurera jusqu'à l'élection présidentielle d'octobre 2000 remportée par Laurent Gbagbo.
Le général Robert Gueï est assassiné lors de la mutinerie du 19 septembre 2002.

EXPRESSION DE LA PERSONNALITE
Homme de libre expression de la pensée et de la volonté. Sociable, généreux, optimiste, il avait le sens des relations, l'art de la communication par sa grande ouverture d'esprit. Ouvert à toutes propositions, il cultivait un réel sens du dialogue.
Besoin d'une conduite morale : se montrer ou se cacher.
Qualité d'intelligence, Don de créativité, Goût artistique.
 
QUALITES
Gentillesse, Sympathie, Courtoisie, Causerie, Echange d'idées, Imagination fertile...
Tendance à l'exhibitionnisme, à se faire valoir.
 
DEFAUTS
Orgueil, Fierté, Crises de colère, Caractère timoré, Hésitation, Tendance au bavardage. Grande susceptibilité. Tendance à se cacher par pudeur ou par dégoût.
 
ASPIRATIONS OU DESIRS
Le Général GUEI Robert entretenait le désir de réussir et de se réaliser par lui-même, de s'imposer en réalisant ses ambitions ou un idéal.
 
MODE DE REALISATION DES DESIRS
Il manifestait le besoin d’être soutenu et de travailler en association, en équipe. Collaboration, relations et amitié.
 
ATOUTS
Grande capacité d'expression des idées, Goût des contacts, Souci d'harmonie et de l'entente, Sens de la famille, Amour, Amitié. Capacité d'improvisation, d'action et de changement, Adaptation aux situations nouvelles, Réalisme (Analyse et réflexion), Foi et engagement dans les idées. Aptitude de collaboration et d'union. Oubli de soi-même pour autrui ou de prendre part aux problèmes humains.
 
HANDICAPS
Insuffisance d'assurance et de confiance en soi, (besoin de l'aval des autres). Difficulté d'organisation méthodique et pratique, Recherche de stabilité. Difficulté de maintenir (plus ou moins) l'équilibre sur le plan matériel.
 
QUANTIFICATION DES ASPECTS CARACTERIELS
Les proches du Général ressentaient beaucoup mieux l'impact de ses aspects caractériels dominants.

%
POSITIFS
NEGATIFS
30
Aide, Compassion,
Anxiété, Emotivité.
20
Entente, Conciliation,
Dualité, Conflit.
20
Calme, Dynamisme,
Instabilité, Colère.
10
Ouverture d'esprit,
Susceptibilité.
10
Responsabilité,
Négligence, Lenteur.
 
Respect, Confiance,
Suspicion, Doute
 
Maîtrise de soi,
Autorité.
 
Méthode, Rigueur,
Routine.
 
Energie, Combativité,
 Désordre, Gaspillage.

SUBLIMATION (si primaute de l'interet general)
Art de communication, Littérature, Humanisme social. Ces choses pourraient être la conséquence d'une auto - éducation positive et se configurer dans la pratique de l'éthique morale et la culture du sens du devoir.
 

Commentaire résumé de la personnalité
Le Général GUEI Robert, (avant le 20 septembre 2002) sous les pressions sociales et politiques subséquentes aux événements du 24 décembre 1999, a fait montre de sa qualité d'intelligence à gérer toutes les tendances contradictoires. Il prône discipline morale et civique évidente. Son conformisme éthique et sa grande disposition à communiquer et à échanger les idées créent un exhibitionnisme moral. Mais la persistance dans la recherche de l'aval des concitoyens en toutes actions dénonçait un déficit d’autorité sur les proches et l’influençabilité de son caractère. Quel projet politique préparait-t-il pour la Nation après la chute de son régime ?
Le coup de putsch manqué du 19 septembre 2002, pour lequel il fut lourdement soupçonné, semble (vraisemblablement) être la réponse. Mais quelles leçons tirer de la disparition de l’homme politique qu’il était et qui fut le principal auteur du changement de régime politique en Côte d’Ivoire ?
 


Pas de site Web
 
 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article